toute la chine, histoire, géographie et actualité de la Chine, frises chronologiques, bibliographie, notes biographiques, événements historiques, muraille de chine
chine .  .  .   
Histoire .  Géographie .  Interviews .  Politique .  Eco .  Culture .  Société .  Education .  Tourisme .  Cinéma (+) .  Histoire .  Science .  Sport .  Liens (+) .  Forum .  Contacts


NEWSLETTER Votre e-mail  
 Politique

Accueil > Politique

Les JO font avancer? Le Tibet !
Tandis que les athlètes se battent à Pékin dans la course aux médailles, à Lhassa, 4000 km plus à l'Ouest, on rapporte une répression accrue par la police chinoise, afin d'assurer qu'aucune bavure tibétaine n'aille ternir la gloire des Jeux Olympiques. Le
19/08/2008



Et pourtant, entre le « Toit du monde » et le régime communiste, ces Jeux ont déjà bouleversé la donne : dès mars, en fait, Lhassa s'est révoltée, suivie dans les jours suivants par plusieurs villes tibétaines du Sichuan et du Qinghai, forçant la Chine à négocier avec le gouvernement en exil du Dalai.

Or depuis peu, les Jeux agitent une autre région de l'Ouest chinois : le Xinjiang, dont la population ouïgoure est en proie à une fièvre séparatiste. Depuis l'étranger, par internet, un groupuscule avait prévenu qu'il perturberait la fête mondiale du sport par une série d'actions violentes : il a tenu parole ! En huit jours et six attentats, 32 personnes sont mortes. A Kashgar le 4 août, 16 policiers, faisant leur jogging, ont été tués par un camion kamikaze. A Kuqa le 10 août, douze personnes sont mortes dans 5 attentats coordonnés, et à Yamanya, trois gardes d'un contrôle routier furent égorgés. A ce niveau de gravité, ce genre d'attaques par des minorités contre l'ordre han-chinois, ne s'est jamais vu en Chine. A présent, les observateurs découvrent la naissance en Chine d'une d'une intifada « à la palestinienne », qui semble là pour durer. Après les émeutes tibétaines, ces violences ouïgoures montrent l'échec de 60 ans de politique d'assimilation qui prétendait de combiner un coûteux effort d'équipement (politique d'enrichissement) et une main de fer contre toute revendication autonomiste.

Fait remarquable, plongé dans la même répression que le Xinjiang, la réaction du Tibet est différente. Surtout celle du Dalai Lama qui prie le monde de briser l'isolement de la Chine et l'accepter en son sein au plus vite, qui renonce à rencontrer Nicolas Sarkozy, pour ne pas gêner Pékin, et qui annonce qu'il « accepte l'ordre constitutionnel chinois ». Or, cette petite phrase est porteuse d'une annonce énorme : elle signifierait, selon les sources, une offre de démanteler son gouvernement en exil en échange d'un accord honorable?

Une telle main tendue est importante : des pourparlers sino-tibétains se préparent pour octobre 2008, qui devraient (tous les experts l'admettent) amener un tournant décisif : ou bien le problème tibétain trouve une solution négociée, ou bien le Tibet, à son tour, verse dans la lutte armée, comme il vient de le faire lors des émeutes du mois de mars. La jeunesse tibétaine en exil bout d'envie de suivre l'Islam turkmène dans cette voie - l'enjeu, étant la vie ou la mort de sa culture lamaïste.

Sur toutes les tractations secrètes, Pékin, pendant ce temps, maintient le silence. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y réfléchisse pas : le pouvoir socialiste, même à Lhassa, a cessé pour l'instant d'insulter le chef spirituel tibétain : le monde entier, alors, retient son souffle !


Eric Meyer

   




Lire les autres brèves

 

toutelachine.com : histoire de la chine,  géographie  actualité  livres  musique en chine,  cinéma chinois  forum sur la chine  mailing-list  presse  contacts  english