toute la chine, histoire, géographie et actualité de la Chine, frises chronologiques, bibliographie, notes biographiques, événements historiques, muraille de chine
chine .  .  .   
Histoire .  Géographie .  Interviews .  Politique .  Eco .  Culture .  Société .  Education .  Tourisme .  Cinéma (+) .  Histoire .  Science .  Sport .  Liens (+) .  Forum .  Contacts


NEWSLETTER Votre e-mail  
 Histoire

Accueil > Histoire > Les dynasties chinoises


Histoire de la Chine : au départ était le néolithique...
Forte d'une histoire plusieurs fois millénaire, la Chine a porté nombre de civilisations, d'hommes, de cultures et d'empereurs. Gros plan sur la période du néolithique, à travers les cultures Yangshao et Longshan.
25/08/2007


Poterie de la culture Longshan
crédits : Asian Art & Archaeology, Inc./Corbis




Les premières civilisations chinoises étaient surtout forestières et agricoles. Cette période débuta en 6000 et termina en 2000 avant Jésus Christ. Ces anciennes civilisations chinoises sont connues grâce aux vestiges archéologiques qui les ont révélées (Kan-sou, Ho-nan, Loung-chan, Ho-peï entre autres).

Les chercheurs se sont rendus compte que les pratiques dominantes de ces civilisations étaient l'agriculture, la riziculture, l'élevage et la poterie. On peut dégager deux cultures présentes durant le néolithique en Chine, la culture Longshan et la culture Yangshao. Ces deux cultures sont couramment présentées comme indépendantes l'une de l'autre, sauf par certains historiens estimant que Longshan découle de la culture Yangshao, plus ancienne.

Yangshao, une civilisation d'agriculteurs

Yangshao s'est développée durant la période comprise entre 5000 et 2 500 avant J.-C. Cette culture prend naissance dans le bassin moyen du Fleuve Jaune (Huang He) et va principalement s'épanouir dans l'ouest de la Chine (provinces du Shaanxi, du Shanxi et du Henan). Cette civilisation se composait d'agriculteurs utilisant la méthode de défrichement par le feu.

Leurs habitats étaient assemblés par des pieux et des branchages tenus à l'aide de boue séchée. Ils cultivaient le millet, le blé et élevaient des vers à soie ainsi que des porcs, chiens, moutons, chèvres ou encore du gros bétails. Leur alimentation venait en majeure partie de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cette société était organisée en deux classes, il y avait d'un côté les maîtres et de l'autre les disciples.

La céramique y était présente, fine et peinte de couleur blanche, noire et rouge. Les archéologues britanniques ont donné le nom de «culture de poterie peinte» à cet art afin de différencier les poteries venant de l'est et du sud-est de la Chine. C'est en 1920 que l'archéologue Johan Gunnar Andersson (1874-1960) donna le nom Yangshao à cette culture.

Il s'agissait ni plus ni moins du nom du village où il l'avait découverte, dans le nord du Henan à proximité du Fleuve Jaune. Ce fut le point de départ de l'archéologie de terrain en Chine, les plus anciennes traces découvertes datent de 1953 dans le village de Banpo.

Les poteries noires de Longshan

Longshan (Loung-chan) est postérieure et plus développée que Yangshao. C'est une culture néolithique émergeant vers 2400-1800 avant J.-C. dans le bassin moyen du Huang He. Présente dans le nord de la Chine, les peuples y étaient sédentaires et vivaient dans des villages entourés de murs en brique crue.

Par rapport à période Yangshao, leur production agricole s'était diversifiée même si elle restait dominée par le millet et que le riz y prenait une place croissante. Ils pratiquaient encore largement la chasse et élevaient des porcs, des moutons, des chèvres et des bovins.

La découverte d'ossements, de briques et de céramiques noires a permis de comprendre comment vivaient les individus de cette époque. C'est à cette période qu'apparut également l'écriture en Chine sous formes d'idéogrammes retrouvés sur les ossements oraculaires et des os d'animaux comme la tortue.

La culture de Longshan s'est également rendue célèbre par l'originalité de sa poterie : les poteries noires à la paroi fine et à la surface polie. Un type de production rendu possible par l'invention à l'époque de fours pouvant atteindre des chaleurs élevées.

Ces civilisations sont très présentes mais absorbées par des mythes et des légendes. Il est donc difficile de connaître avec exactitude leur passé. Les premiers souverains étaient considérés comme des descendants des dieux à qui l'ont attribuaient l'invention des arts. Parmi eux, on trouve Fou-Hi, à qui l'on attribue la rédaction primitive du Yi King, ou encore l'Empereur jaune (Huang Di), premier à gouverner une Chine unifiée, et qui a fait du jaune (huangse) la couleur impériale.

La légende lui approprie l'invention de la boussole, de l'arc, des caractères de l'écriture, des poids et mesures, des chars, de la monnaie, de la navigation et enfin du cycle de 60 ans toujours en usage dans la chronologie chinoise d'aujourd'hui. A son épouse, on lui donne la découverte de l'art d'élever les vers à soie et de tisser des étoffes.

Céline Tabou

   



A lire également :

Qin, la première dynastie impériale (22/09/2007)
La dynastie Zhou (16/09/2007)
La Dynastie Shang (08/09/2007)
La dynastie Xia (01/09/2007)




Lire les autres brèves

 

toutelachine.com : histoire de la chine,  géographie  actualité  livres  musique en chine,  cinéma chinois  forum sur la chine  mailing-list  presse  contacts  english